Que notre joie demeure – le film

Un film documentaire de Kevin Simon, Leo Thévenin et Sylvain Callandreau. Cambodge – Thaïlande

Que notre joie demeure porte les voix de citoyens du monde au-delà des frontières. Une onde de bon sens qui effleure les esprits, des individus qui remettent en question leur mode de vie. Des paroles de tous bords se mêlent pour redéfinir la paysannerie, l’éducation, et l’habitat autour d’une éthique commune. Une marche en quête de joie et de simplicité qui, au fil des rencontres, nous amène à revoir notre vision du monde et à penser une société plus humaniste et solidaire.

Un long métrage documentaire indépendant produit par l’association Clap solidarité. 

Une création initiatique

Que notre joie demeure… Comment faire de cette simple phrase un chemin de vie?

Les questions se bousculent à mesure que nous avançons dans la vie.

De nombreux choix s’offrent alors à nous. Face à cette époque charnière, nous ne manquons pas d’êtres sujets aux différents tiraillements des générations actuelles. Devons-nous suivre le chemin qui nous ait indiqué ou devons-nous créer notre propre sentier ?
Pour trouver des réponses nous sommes partis au Cambodge et en Thaïlande. Comme nous, ces pays font face à cette dichotomie. Le choix du développement technique, du mode de vie occidental ou le choix d’une existence sobre, les pieds sur terre. En route.
Ce voyage fût pour nous une quête initiatique, à la recherche de certains regards sur le monde. Soucieux de la beauté des détails, soucieux des Hommes et de leurs interdépendances avec les autres êtres vivants sur cette même terre. Nous voulions dans notre film revenir à la racine de nos besoins. De fil en aiguille chaque partie se dévoile, la première se tournant vers notre alimentation. Comme nos aînés l’avaient bien compris, « je dois manger, alors je dois cultiver ».

Nous cheminons alors à travers les paysages, observant les différentes constructions. La tôle, le bois et quelques éléments trouvés ici et là, formant un tout mettant à l’abri les familles.
Comment fabriquer nous-même notre habitat ? Une véritable maison, lieu d’accueil, de sécurité, de confort et de bien-être. Cette réflexion demande d’acquérir des compétences, de pratiquer pour comprendre. À mesure que le voyage s’enrichit, de nouvelles questions surviennent.

Où sont donc passé nos savoirs-faire acquis depuis des millénaires ?
Pourquoi ne voyons-nous plus les richesses présentes chaque jour autour de nous?
L’éducation tient un rôle prépondérant pour l’humanité.
C’est à elle qu’appartient notre avenir.

De nombreuses méthodes cherchent, avec succès d’ailleurs, à nous aider à appréhender la terre, les vies et les interactions entre tous les éléments présents sur notre planète.
Mais pour nous éduquer à nous émerveiller des richesses de la biodiversité, il faut avant tout préserver cette même nature. La protéger des pressions immobilières des multinationales, qui, régies par la mondialisation, puisent à l’est pour vendre à l’ouest.
C’est ainsi que la préservation des cultures traditionnelles est au cœur de la lutte de certains citoyens, entrant en synergie avec les femmes et les hommes du monde qui font le choix de se remettre en question, pour pouvoir dire à leur descendance: Vivez et soyez heureux !

« C’est vrai, dit-il, il faut toujours faire les choses simplement »
Jean Giono, Que ma joie demeure.

Que notre joie demeure - affiche
Que notre joie demeure | Film documentaire
Que notre joie demeure

Retrouver des projection du film Que notre joie demeure tout au long de l’année sur la route du Permacooltour !

Pour toute demande de projection du film, merci de contacter l’association !

clapsolidarite@gmail.com