L’économie du Permacooltour

L’Économie de la graine, une économie d’abondance !

Comment imaginer passer notre année à vivre sans argent ?
Peut-on inventer une nouvelle manière d’échanger ?
Qu’est-ce qu’une monnaie ?

La monnaie sert à matérialiser des échanges, nous pouvons utiliser des monnaies locales, des monnaies libres et nous exercer à l’économie du don. L’économie est basée sur la confiance. Tentons donc l’aventure des graines !
Plus il y a de diversité, plus il y a une stabilité dynamique.
Plus les ressources circulent, plus elles créent de l’abondance.

Ceci est donc un appel pour lancer des économies locales !

Imaginons un monde où l’économie du don a remplacé notre économie actuelle. Un monde où tous les habitants du quartier, de la ville déposent sur de grandes tables ce qu’ils produisent, et où chacun/unes prend et donne ce qu’il/elle a besoin. Quand tous les besoins de chacun sont assurés par une communauté locale et où l’abondance émerge…

En quelques étapes :

Plante des graines

Récolte des fruits et des légumes

Multiplie et conserve des graines

Partage

Distribue des graines

Échange des biens et des services

Avec un échange de graines comme ce que nous vous proposons, nous devenons chacun une banque centrale, nous imprimons nous-même nos billets.

Plus nous produisons, plus nous donnons, plus nous recevons et donc, plus nous produisons.

En nous faisant confiance, en la nature, à nos proches et en la vie, nous garantissons la sauvegarde du vivant.

L’économie ne s’effondrera jamais, puisque l’économie c’est nous !

Deviens ambassadeur de l’économie de la graine, et partage !


“L’économie du Don”, ou le pari d’un voyage presque sans argent.

Connaissez-vous le jeu de la patate ? Une patate à la main, l’idée est d’aller à la rencontre d’inconnu∙e∙s et de l’échanger contre un objet de plus grande « valeur ». Jeune Scout de France, mes compagnons et moi jouions à ce jeu, et sommes un jour revenus d’une marche à pied… sur un vélo. Scout un jour, scout toujours, et Le Permacooltour sillonne la France à vélo, presque sans argent. Convaincu∙e∙s que la vraie richesse se trouve dans le cœur des hommes et des femmes et non dans leur portefeuille, nous revisitons le sens de la monnaie en vivant de troc et d’entraide.

« L’économie du Don » que nous pratiquons vise à déconstruire l’équation « prix = valeur » car, contrairement à un échange marchand, nous recevons souvent bien plus que nous avons donné. Tendre un billet contre un bien ne procure pas le même bien qu’un sourire ou un coup de main. D’après les retours des commerçants que nous abordons, les récits d’aventure et les messages d’espoir que nous offrons se révèlent être une surprenante monnaie d’échange bien plus nourricière que des euros, en particulier dans la période d’isolement social que nous traversons.

Lors du second confinement, nous avons rénové un local pour le Secours Populaire en échange de colis alimentaires, aidé un maraîcher pour des légumes frais, échangé des kilos de chocolats sauvés de la poubelle avec les commerçants du marché.

Parce que l’argent ne se mange pas, nous troquons des semences paysannes avec notre « Graine Vadrouille », la seule banque qui aime se faire braquer. Parce qu’une plante née d’une seule graine en produit mille nouvelles chaque année sans épuiser les ressources de ses voisines, la spéculation du Vivant est la seule vertueuse que nous devons préserver pour assurer notre avenir.

A nous de tisser les chaines de solidarité dont notre monde a besoin.

C’est très simple, il suffit de donner, et d’oser demander. ”  Par Timothée Vernier